Encore trop nombreux !

PlongéeNews | 2007

Un billet d'humeur d'alain DELMAS, consultant en plongée, formateur de cadres, journaliste et auteur, qui à défaut de passer la pommade, s'est armé d'un savon...


Lorsque je tentais avec quelques compères de pousser le petit monde de la plongée vers des chemins différents de ceux empruntés par des générations de précurseurs, nous faisions souvent ce constat : ils sont trop nombreux !... les opposants, les réfractaires à tout progrès, ceux qui refusaient de modifier leurs comportements.
Souvent en position de pouvoir, la plupart moniteurs de leur état et si possible formateurs de cadres, ces ardents défenseurs des "valeurs sûres" de la plongée française n'avaient de cesse de contrecarrer nos plans tirés sur la comète. Un seul espoir nous habitait. Leur âge, parfois canonique et qui nous annonçait des lendemains plus enchanteurs. Ainsi, quand nous mettions le ver dans le fruit sous la forme d'idées "saugrenues" transmises à des générations de nouveaux moniteurs, nous leur apprenions également la patience et un peu de malice pour résister aux derniers assauts (supposés) des dinosaures de la plongée.
Petit à petit, les idées ont fait leur chemin. Bon nombre de disciples ont adhéré au discours, repris a leur compte ces idées et les ont fait vivre en les développant à leur façon. Certains se recommandent aujourd'hui avec fierté de cet héritage, d'autres s'en défendent et pensent avoir tout inventé, mais peu importe car seul l'objectif compte.
N’en déplaise à tous les critiques de comptoir et aux donneurs de leçons venus d'ailleurs, la plongée française a évolue et va continuer à le faire. A son rythme, en tenant compte de son histoire et de ses richesses, avec ses lourdeurs parfois et ses défauts aussi, mais elle bouge sans conteste. Il serait donc tentant de penser que les dinosaures ont disparu et qu'ils ont fait place nette à une nouvelle génération d'acteurs de la plongée.
Mais non, la bête est toujours là ! Moins puissante, avec des rangs plus clairsemés, mais d'autant plus dangereuse. Bon nombre de nos élèves moniteurs l’ont vue ces derniers mois, au coin de sessions d'examen. Ici, c'est un jury qui fait semblant de se noyer dès que le candidat a tourné la tête ; là-bas c'est le masque a l’envers et l'oubli de la ceinture dès que possible; ailleurs, c’est le saut droit à l'horizontale avec un "plat" garanti pour faire rire tout le bateau et placer le candidat dans les meilleures dispositions. Souvent, et même par mer d'huile, retirer son détendeur de la bouche en surface ou prétendre pousser son gilet gonflé devant soi, c'est s'attirer sans coup férir les foudres du "maître"; idem pour les célébrissimes "palmes toujours avant la ceinture". Du côté des idées, c'est le sempiternel entêtement à penser qu'une remontée en expiration contrôlée protège de tous les dangers, l'attachement quasi-religieux à l'échange d'embout pour assister son camarade et la confusion entre ses certitudes et les textes de loi. La palme revient au refus systématique de toute autre approche pédagogique que la sienne.
Au récit de ces tristes aventures vécues par des stagiaires qui venaient de consacrer un an de leur vie à se former, j'ai d'abord pensé que certains avaient la vie dure. En fouillant un peu, consternation ! Les tristes sires sont des hommes et des femmes dont la plupart ont juste dépassé la trentaine ; ils n'ont pas connu, ou très peu, les dinosaures qui, au moins, avaient l'excuse d'avoir vécu une autre plongée, plus hostile et hasardeuse à tous points de vue. Ils se sont contentés de reproduire les clichés et idées reçues, sans aucune réflexion ni esprit critique, perpétuant ainsi la tradition, démontrant par la même occasion que la bêtise est transmissible.
Ils sont encore trop nombreux, et ils se reproduisent, en plus !

  • facebook-square

© 2016 BECplongée - Association Club Plongée - BORDEAUX TALENCE PESSAC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now